Follow by Email

Jeudi 3 février à 19h *repas et à 20h30 film et débat

« Dessine-moi un berger » de Simon Shandor et du livre « Montagnes d’Hommes » par l'auteur Annick Maziers ainsi que sa dédicasse.

Annick Maziers qui est à l'initiative du documentaire « Dessine-moi un berger » nous dit:"L’un de mes plus marquants souvenirs audio-visuels de mon adolescence était un documentaire sur un professeur de lettres qui avait choisi de devenir garde forestier. Ce documentaire était lent, sans artifice, sans aucun effet…" Puis lentement les graines de cette enfance ont germé dans un environnent tantôt citadin, tantôt campagnard et surtout l ’envie plein les poches de faire ce documentaire en Savoie et Haute-Savoie est un pas qu'elle a franchi avec le réalisateur Simon Shandor. La rencontre avec ce passionné de la vie, ce boulimique de l’image et de nouveaux horizons était un vrai cadeau… Il avait l’expérience et un grand sens de la poésie.Annick Maziers y parle de la montagne humanisée, celle qui a toujours accueilli l’Homme quand, dans les pires moments de son Histoire, il a craint les siens, loups d’en bas, loups des plaines et des villes ; prédateurs comme la montagne n’en comptera jamais.… Mais elle voulait aussi rendre hommage aux Femmes et aux Hommes qui se dressent au quotidien de par leurs gestes,de par leur volonté, de par leur approche de la vie, leur profond respect de la nature et de son intelligence.
Car, que l’on soit de la ville ou de la campagne, quand on vit debout on est toujours une Montagne. Mettre en relief égalitairement autant de Femmes que d’Hommes dans ce métier de berger si particulier était aussi sa préoccupation.
Après ce documentaire, nait « Montagnes d’Hommes »,un livre dont le sujet traité mettait en lumière : la «transmission », la permanence dans le temps , une passerelle d’images photographiées par Eve Dufaud et de mots vers un ailleurs authentique. Un territoire où avec ses mots elle peut dessiner les reliefs intérieurs que la montagne lui inspire.Si ces images, ces réflexions pouvaient inviter à un autre regard sur nos vies, sur les montagnes quelles qu’elles soient, si elles pouvaient inviter au silence dans le tumulte de nos vies citadines, alors ces pages seraient bien nées.

*à partir de 19h repas bio et convivial - réservation de préférence avant jeudi midi au 04 50 54 55 20 vous pouvez venir préparer les repas avec nous et proposer des recettes! Participation Libre (Vous participez au repas et/ou au film-débat, merci de participer aux frais !)
Jeudi 27 janvier à 19h repas et à 20h30 film débat

"A nous d’agir pour une société heureuse et solidaire! "


Présenté par Elisa et le groupe « transition « du genevois

Présentation de la vidéo In Transition 1.0 et mise en relation des mouvement Transition et Colibris.
« Transition », mouvement anglo-saxon fondé par Rob Hopkins, propose de passer de la dépendance au pétrole à l’autonomie locale, en incitant les citoyens à se mobiliser pour mettre en place des solutions pratiques.
En France, Colibris, fondé par Pierre Rabhi, est un outil de mise en relation des différentes alternatives, afin de redonner à chacun le pouvoir d’agir à son échelle pour transformer son mode de vie. Des projets qui participent au changement de la société en développant une économie relocalisée autour d’une agriculture bio, de commerces à taille humaine et d’une éducation basée sur l’enthousiasme d’apprendre. (http://villesentransition.net/ et http://www.colibris-lemouvement.org)
“Déjà, des milliers d’Initiatives locales ont démarré leur processus de Transition. Elles sont une poignée de pionnières en France, et le Mouvement Colibris commencent à travailler avec elles ! ”

à partir de 19h repas bio et convivial - réservation de préférence avant jeudi midi au 04 50 54 55 20 vous pouvez venir préparer les repas avec nous et proposer des recettes! Participation Libre (Vous participez au repas et/ou au film-débat, merci de participer aux frais !)
Jeudi 20 janvier à 20h précise

hélène rullon musicienne (pianiste chanteuse chef de choeur qui s'est entre autres formée avec un chanteur de bobby mac ferrin à san francisco) vous propose un atelier d'improvisation vocale; il comportera un temps d'échauffement de la voix et des jeux d'impro à la fois a capella et autour du clavier. cela constitue une méthode d'apprentissage de la musique autant que du chant ; aucun prérequis n'est nécessaire (aucune lecture de notes!!); ce travail développe entre autres : la mémoire, l'oreille relative et la créativité; seules la motivation et la confiance sont nécessaires. participation libre

Et après nous finirons par un buffet merci de vous inscrire avant jeudi midi
pour prévoir

Jeudi 13 janvier à 20h30

.
Simplicité volontaire et décroissance 3 (changer, et changer le Monde)

Dernier volet d’une série de trois documentaires que vous pouvez emprunter à l'atelier.
DVD 1 h 40mn.
Sortie : fin novembre 2010.

Ce film réalisé et produit par Jean-Claude Decourt, approfondit les deux premiers volets, interroge nos peurs, nos manques, nos aliénations, les systèmes de dominances, les échecs des révolutions et des alternatives... Avec la participation de Miguel Benasayag, Lydia Müller, Jean-Pierre Muyard, Sabine Rabourdin.....
A quoi s’accroche l’imaginaire néo-libéral (que vous pouvez appeller capitalisme, ou société marchande) et sa religion... la croissance ?
Le capitalisme, actuel système de dominance, va disparaître,...
Pouvons-nous changer le Monde, si nous ne comprenons pas ce qui nous meut ?
etc...

Et aussi à partir de 19h repas bio et convivial
- réservation de préférence avant jeudi midi au 04 50 54 55 20 vous pouvez venir préparer les repas avec nous et proposer des recettes! Participation Libre (Vous participez au repas et/ou au film-débat, merci de participer aux frais !)


Samedi 8 janvier à 20h30

JO ANNECY 2018


Les Jeux Olympiques et la destruction du Sillon Alpin


LES HOUCHES - Espace OLCA

Entrée libre

Conférence-débat animé par Philippe Serpollet

avec ARSMB (Jean Pierre Coméliau, Président)

Association pour le Respect du Site du Mont-Blanc

http://www.arsmb.com/


CAO (Philippe Métral-Boffod, conseiller municipal d'Annecy)

Comité anti-Olympique d'Annecy

http://www.comiteantiolympiqueannecy.com/


Pièce et Main d'œuvre

atelier de bricolage pour la construction

d'un esprit critique à Grenoble

http://www.piecesetmaindoeuvre.com/


Contre les Jeux du profit et de la destruction

En mars 2009, les Grenoblois ont applaudi à l’échec de la candidature de leur ville aux Jeux Olympiques 2018. A raison. Depuis, la Rocade Nord a été abandonnée, la mairie ne parle plus de téléphériques urbains, le projet GIANT est ralenti faute de l’élan financier olympique. Certes, on n‘arrête pas la destruction du territoire, mais au moins a-t-on évité son accélération.

Le désastre épargné à Grenoble menace maintenant Annecy. Comme si la Haute-Savoie n’avait pas été suffisamment ravagée par les « sports d’hiver », l’urbanisation folle, la course à la croissance – bref, par « l’attractivité du territoire ». Les Hauts-Savoyards sont-ils plus heureux avec 7000 nouveaux habitants chaque année ? Seront-ils plus heureux, les champions repartis, avec plus d’autoroutes et de tunnels, avec les terres agricoles bétonnées, l’eau siphonnée et polluée par les canons à neige, des infrastructures inutiles à rembourser pendant des décennies ?

Au fait, pourquoi les décideurs veulent-ils à ce point accueillir les Jeux Olympiques ? « C’est bon pour le BTP et les autoroutes », clamait Dumolard, le président de la Chambre de commerce et d'industrie de Grenoble. « Une candidature en 2018 est une formidable opportunité pour (...) la montagne française confrontée à une concurrence mondiale en matière de développement sportif, économique et touristique », ânonnait Destot, le maire de Grenoble.

Bref, les J.O, c’est bon pour le profit de quelques-uns dans la guerre mondiale économique.

Pour prospérer dans cette guerre, nos élus ont décidé l’édification d’une métropole unique de 220 km de long, entre Genève et Valence : le Sillon alpin (1).

Les Jeux sont pour eux un moyen de financer et d’accélérer ce projet de mégalopole censée concentrer deux millions de Genevois, d’Annéciens, de Chambériens, de Grenoblois, de Valentinois – et leurs voisins – dans une même vallée urbanisée, densifiée, technifiée, où la vie des habitants comptera moins que les flux économiques.

Nous tous qui combattons le TGV Lyon-Turin en Maurienne, l’autoroute A51 dans le Trièves, le Center Parcs dans les Chambarans, les nanotechnologies et GIANT à Grenoble, le Pôle Traçabilité à Valence, et les Jeux Olympiques dans les Alpes, nous luttons contre le Sillon alpin, dont les chantiers fragmentés dissimulent pour l’instant le projet d’ensemble.

Contre « l’attractivité » et le déménagement du territoire

Contre la mégalopole du Sillon alpin

Contre les Jeux Olympiques, à Annecy ou ailleurs

m o i n s v i t e – m o i n s h a u t – m o i n s f o r t

(1) Cf Le Serpent alpin, ou le saccage du territoire allobroge, P. Mazet, sur

www.piecesetmaindoeuvre.com


Organisé par l'Atelier équithés